Qu’est-ce qu’un carrelage rectifié ?

Le carrelage rectifié est un carrelage dont les quatre côtés ont été recoupés (meulés) après cuisson, soit en ligne en phase de production ou dans un atelier spécialisé (interne ou externe). Cette opération est indispensable lorsque la surface du carrelage a été polie ou adoucie.

Cette rectification confère à l’ensemble du lot un calibre (voir autre FAQ) très homogène permettant la pose avec un joint réduit à un minimum de 2 mm éventuel.

Le joint de carrelage ?

Le joint a essentiellement une fonction technique : minimiser les différentes irrégularités inhérentes au matériau céramique, neutraliser les tensions de la chape, en particulier sur les sols chauffants.

La largeur de joint est déterminée par le carreleur en fonction du type de carrelage (format, rectifié ou non rectifié, …) et de la qualité du calibrage du lot à poser. Le C.S.T.C. (Centre Scientifique et Technique de la Construction) recommande un joint d’au moins  4 mm pour la pose des carrelages en grès cérame non rectifiés et de minimum 2 mm pour les rectifiés.

La nature (normal, hydrofuge, époxy, silicone, …) sera fonction de sa destination.

L’utilisation d’un joint coloré sera minutieusement réfléchie car leur aspect peut évoluer avec le temps. Les joints gris (sol) et blancs (mur) restent des classiques à ne pas rejeter.

Que veut-on dire par « tonalité » et « calibre » lorsqu’on parle de carrelage ?

Vu les très hautes températures de cuisson des carrelages, ceux-ci subissent des déformations plus ou moins importantes et plus ou moins bien contrôlées. Ce qui implique deux choses : des variations de planéité et de format et des variations de tonalité et d’aspect de surface.

Chaque carrelage produit est ainsi mesuré électroniquement et classé selon son format exact. Il portera un code de calibre. De la même façon, chaque carrelage sera visuellement contrôlé et se verra, selon sa couleur exacte, attribué un code de tonalité. Il est indispensable de vérifier, avant la pose, que tous les carreaux d’une même référence, portent bien les mêmes codes de calibre et de tonalité. Ces codes figurent sur les boîtes. Certaines différences de format au sein d’un même calibre restent admises. Elles font l’objet de normes européennes et internationales.

Faut-il prévoir des carrelages de réserve ?

Oui, absolument ! Quelques carrelages, voire même une boîte ou deux de réserve est indispensable. En effet, si un problème quelconque devait survenir quelques années après la pose, il sera difficile voire impossible de retrouver votre carrelage dans la même tonalité et même calibre. Les stocks seront plus que probablement épuisés et, si l’article est encore produit, disponibles seulement en d’autres tonalités et calibres.

Qu’est-ce que la « réserve technique » ?

Il s’agit du pourcentage qui sera ajouté à la surface réelle à carreler. Ce pourcentage sera fonction de divers paramètres et notamment du format du carrelage, du type de pose (droite ou diagonale), des caractéristiques de forme des pièces à carreler, etc. Il sera généralement compris entre 5 et 15%. Seul votre carreleur peut valablement estimer ce pourcentage. Il ne faudrait pas que votre carreleur se retrouve en fin de pose à court de carrelage … et que celui-ci ne soit plus disponible dans la bonne tonalité et/ou le bon calibre ou qu’il faille le recommander en usine !

Qu’en est-il des « choix » en matière de carrelage ?

Chaque carrelage subit, avant emballage, une série de tests et de mesures automatiques ainsi qu’un contrôle visuel qui ont pour but de vérifier que le carrelage est conforme. Selon l’absence ou la présence de certains défauts, le carrelage sera emballé et étiqueté « 1er choix », ou étiqueté en choix inférieur (1er choix commercial, M.S., 2ème choix, etc.). Il pourra s’agir de défauts de calibre, de tonalité, de planéité, d’aspect de surface, de nuance non conforme, de défauts plus ou moins visibles sur la belle face, etc. Le prix de vente sera fonction du choix, bien évidemment. Important ! Seuls les carrelages de 1er choix sont garantis par les fabricants.

Est-il possible de carreler sur un plancher ?

Le bois est sensible à l’humidité et déformable ce qui ne fait pas bon ménage avec le carrelage, matériau rigide, fragile et inerte ! Si les conditions structurelles sont favorables, notamment en matière de stabilité du support, il existe des solutions éprouvées. Nos conseillers vous les proposeront bien volontiers.

Peut-on carreler sur un sol chauffant ?

Le chauffage par le sol soumet la surface carrelée à des contraintes de dilatation et de rétraction du support amenant ainsi soit une mise en compression de la surface carrelée, soit une mise en traction du joint.

Techniquement, la pose de carrelage sur un sol chauffant ne pose pas problème moyennant certaines précautions :

  • Coupure du chauffage au moins 48 heures avant la pose.
  • Poser avec des joints larges : 3 à 4 mm au minimum.
  • Utiliser une colle flex de type C2TE avec déformabilité améliorée (S1 ou S2).
  • Joints périphériques suffisants et joints de dilatation selon les normes en vigueur.

Pour la pose de carrelages de surface supérieure à 3600 cm² ou dans le cas de carrelages multi-formats où dans le cas d’une pose à joints décalés (imitations parquets), la pose préalable d’une natte de désolidarisation (type DITRA de SCHLÜTER) est nécessaire. Nos conseillers sont à votre disposition pour détailler tout ceci.

Quel type de colle utiliser pour la pose de votre carrelage ?

Tout dépend de la porosité du matériau. Compte tenu de la très faible porosité de la plupart des carrelages de sol actuels, la pose traditionnelle au mortier doit être réservée à la pose de pierres naturelles ou aux dalles de ciment.

La pose de carrelages se fait donc au mortier-colle qui sera choisi en fonction du type de carrelage, de son format et du type de support. Nos conseillers sont à votre disposition pour davantage d’informations.

 

Comment entretenir son carrelage ?

Entretenir votre carrelage de façon appropriée est essentiel. Dans ce domaine, des habitudes de consommation doivent être modifiées ! L’entretien de vos carrelages muraux ne présente pas de difficulté particulière. Dans les pièces d’eau, l’utilisation d’une solution vinaigrée ou anticalcaire classique est parfaitement correcte.

Après la pose d’un sol, lorsque le séchage est complet, il sera opportun dans la plupart des cas de traiter la surface à l’aide d’un enlève-ciment  pour éliminer les résidus de pose et de jointoiement. On suivra scrupuleusement les instructions de mise en œuvre.

Pour l’entretien courant, nous vous conseillons vivement l’utilisation de produits spécifiques et professionnels.

La plupart des produits connus vendus dans le commerce non spécialisé ne conviennent pas pour les qualités de sol actuelles. Le grès cérame, base de la majorité des carrelages, est pratiquement non poreux. Il ne pourra donc pas absorber les matières grasses ou les additifs présents dans les produits d’entretien courants. Ces matières se figeront alors sur la surface carrelée, s’accumuleront jusqu’à former une pellicule mate dans laquelle la saleté s’incrustera. Seul un décapage profond à l’aide de produits mordants permettra de retrouver le carrelage dans son état initial.

Nos vendeurs sont là pour vous conseiller.

Peut-on poser du carrelage sur un ancien carrelage ?

Sans aucun problème ! Pour autant que l’ancien carrelage adhère parfaitement encore dans toute sa surface sur son support. Si certains carrelages étaient descellés, il faut les enlever et ragréer. Après avoir bien dégraissé la surface, on encollera le nouveau carrelage à l’aide d’une colle flex de type C2. Un primaire d’accrochage peut s’avérer nécessaire. N’hésitez pas à vous adresser à nos conseillers-vendeurs.

Comment couper et forer dans un grès cérame ?

La coupe simple  d’un grès cérame se fait normalement et facilement à l’aide d’une bonne carrelette. Les coupes plus complexes peuvent être exécutées à l’aide d’une meuleuse équipée d’un bon disque diamanté non cranté.

Le perçage du grès cérame nécessitera l’utilisation d’une foreuse équipée de mèches au carbure de tungstène pour de petits diamètres  et de forets creux à couronne diamantée avec ou sans eau de refroidissement selon leur type. Ces forets n’ayant pas de mèche de centrage, l’utilisation d’un gabarit s’imposera dans la plupart des cas.

Que penser des carrelages chinois ?

Sur le plan qualitatif, il n’y a rien à leur reprocher. Il est cependant regrettable que la plupart d’entre eux soient des copies de carrelages européens plus ou moins réussies. Aucune créativité, aucune originalité. Et une technologie pas toujours à la pointe !

D’autre part, ce n’est un secret pour personne, l’absence ou la faible protection sociale  en Chine permet une sérieuse réduction des coûts de production. Il en va de même pour les carences inadmissibles en matière d’environnement qui, elles aussi, réduisent les coûts ! La Chine et l’Europe sont loin d’être sur le même pied dans ces domaines.

Il a été démontré également qu’en matière de carrelage, la Chine pratiquait le dumping (ventes en-dessous du prix de revient) ce qui a amené la Commission Européenne, en 2011, a fortement taxé les importations de carrelage chinois en Europe.

Ceci pour dire que nous soutenons fermement les producteurs européens d’autant que ceux-ci s’efforcent également de mettre sur le marché des produits de qualité extrêmement compétitifs.

Qu’est-ce que le format nominal ?

Le format nominal est le format recherché en fabrication, 30X30 cm par exemple. Il diffère la plupart du temps des dimensions réelles de fabrication qui varient autour du format nominal (29,7X29,7 cm par exemple ou 30,2X30,2 cm).

Qu’est-ce que le grès cérame ?

Fabriqué à base d’argile, de quartz et de feldspaths, ce produit, plus dur que l’acier, cumule  beaucoup d’avantages et notamment :

  • Résistance à l’usure et solidité exceptionnelles.
  • Imperméabilité à l’eau, à l’huile, aux graisses.
  • Résistance à la plupart des acides et des bases.
  • Léger et de faible épaisseur : entre 9 et 11 mm pour la plupart des carrelages  en grès cérame mais plus récemment fabriqué aussi en épaisseur de 3 ou 4 mm avec les mêmes caractéristiques !
  • Facile à poser.
  • Incombustible, inerte et non toxique.

On parle encore souvent de grès cérame pleine masse. Mais de quoi s’agit-il réellement ? Au sens propre, il s’agit d’un carrelage qui présente, dans toute son épaisseur, le même aspect que sa surface… Une sorte de pierre naturelle reconstituée. Son avantage: un éclat éventuel se voit moins. Le problème ? Seuls, quelques rares carrelages sur le marché sont de véritables grès cérame dans la masse. Ce type de matériau est principalement utilisé dans les chantiers publics et est souvent peu esthétique.

Depuis quelques années déjà, les fabricants colorent la masse des grès cérames dans un coloris proche de celui de l’émail de surface. On parle donc aujourd’hui de grès cérames teintés dans la masse ou grès cérames colorés dans la masse. Ces grès cérames sont d’une qualité équivalente aux grès cérames pleine masse avec deux avantages majeurs, leur grande facilité d’entretien et la richesse esthétique.

Comment expliquer la disparité des prix de vente de carrelages ?

Il est impossible pour un acheteur lambda d’évaluer la qualité réelle d’un carrelage et, delà, d’évaluer correctement le rapport qualité/ prix de ce qu’il voit ou lui est proposé. Sur quels critères objectifs doit-on se baser ?

  • Le pays d’origine du fabricant, sa réputation, sa technologie, son infrastructure productive et commerciale, ses investissements en recherche et développement, la qualité de son service après-vente, … sont des éléments qui se retrouvent dans le prix.
  • La stratégie commerciale du distributeur, sa structure, la qualité des conseils donnés par un personnel qualifié, la qualité d’un service, … peuvent également influer sur les prix de vente.
  • La qualité intrinsèque du carrelage : grès cérame ou mono-cuisson ? Rectifié ou non rectifié ? Format de base ou format particulier ? Poli, adouci ou naturel ?
  • Le choix proposé : 1er choix, 2ème choix, lot, fin de série, … ?

Acheter un carrelage doit se faire en toute confiance chez un distributeur réputé.

Peut-on carreler sur plafonnage ou carreler sur des blocs en béton cellulaire ?

Oui, sans problème. Deux solutions possibles :

  • utiliser un mortier-colle à base de gyps (pas à base de ciment) type GYPSUMBOND de INDEX et ceci sans primaire (ou accrocheur),
  • soit passer par l’application d’un primaire d’accrochage type ISOLFIX de INDEX et encoller ensuite le revêtement céramique avec un mortier-colle à base de ciment ou une colle en pâte.

Comment étanchéifier une douche avant de carreler ?

Deux solutions possibles :

  • Appliquer au rouleau, au pinceau ou à la brosse dure un imperméabilisant mono-composant élastomère bitumineux à base aqueuse type UNOLASTIC de INDEX avec intégration d’une armature en tissu non tissé  de type RINFOTEX PLUS d’INDEX pour les angles et dans le cas de surfaces  planes de plus de 10 m².
  • Encoller au préalable une natte d’étanchéité type KERDI de SCHLÜTER.